Protection Travailleur Isolé : Qu’est-Ce Que C’est ?

Définition

La protection du travailleur isolé c’est l’ensemble des mesures que doit prendre un employeur pour assurer la sécurité de ses travailleurs isolés. L’employeur doit identifier, prévenir et réduire tous les risques auxquels sont confrontés tous ses salariés travaillant hors de portée de vue ou de voix d’autres collègues. Il doit aussi mettre en place un système d’alarme qui lui permet de donner l’alerte en cas d’incident. Même s’il travaille seul, le salarié doit pouvoir être secouru rapidement et efficacement en d’accident ou de mise en danger.

Protection travailleur isolé : quels risques prévient-elle ?

Travailler de manière isolée augmente les dangers. Personne d’autre n’est présent pour prévenir rapidement les secours en cas d’urgence. Si le salarié fait un malaise par exemple, il a alors peu de chance d’être repéré et secouru au plus vite. Par ailleurs, les risques sont relatifs au contexte de travail. Les travailleurs isolés peuvent être confrontés à des accidents, des agressions ou des incivilités. Selon le Code du Travail, tous ces risques doivent être identifiés et listés par l’employeur dans un document de référence.

Quels dispositifs d’alarme pour la protection travailleur isolé ?

Le dispositif d’alerte du travailleur isolé (DATI) est la solution la plus répandue pour la protection du travailleur isolé. Ce type de dispositifs électroniques a pour but de permettre au travailleur isolé de déclencher une alarme de manière volontaire ou automatique. Ces dispositifs sont parfois identifiés sous le terme PTI DATI. Ils sont équipés de détecteurs de chute ou de mobilité, sont géolocalisés et reliés à un centre de télésurveillance 24h/24 et 7j/7. Ces systèmes permettent ainsi à l’employeur de garantir sécurité et assistance aux salariés isolés en continu et de couvrir tout type de risque. Existant sous différentes formes (montre, boîtier, porte-badge, application smartphone…), il convient alors de choisir le dispositif adapté à l’activité de l’employé afin qu’il ne soit pas une contrainte.

Peut-on assurer en interne la protection du travailleur isolé ?

Un employeur peut décider d’assurer lui-même la protection travailleur isolé et s’auto-surveiller. Cependant, il doit pouvoir fournir au travailleur isolé le même niveau de protection qu’offrent les professionnels du secteur. Il engage alors sa responsabilité en cas d’incident et non celle d’un professionnel. L’employé en charge de la protection travailleur isolé doit être qualifié afin de traiter les alertes très rapidement (les professionnels sont tenus à un temps de réponse inférieur à 60 secondes) et effectuer une levée de doute pour identifier l’urgence pour prévenir les secours adaptés.

En cas d’incidents intervenant la nuit ou le week-end, les personnes en charge de répondre aux alertes doivent avoir une clause d’astreinte rémunérée à leur contrat de travail. La jurisprudence à légiféré dans ce sens lorsque des salariés effectuant une astreinte non rémunérée se sont retournés contre leur employeur.
La prise en charge de la surveillance des dispositifs PTI DATI par un professionnel permet donc de faciliter la gestion de la chaine de secours pour l’ensemble de l’entreprise.

 

Existe-t-il des certifications pour la protection du travailleur isolé ?

Les solutions de protection du travailleur isolé incluent la fourniture de DATI mais aussi des prestations de télésurveillance. Afin de vous assurer de choisir le meilleur partenaire et la meilleure protection pour vos salariés, vous devez vous assurer que les services de télésurveillance répondent aux normes APSAD P3 ou encore APSAD P5. Ces certifications vous garantissent notamment une rapidité de traitement des alertes de vos salariés peu importe leur localisation et une continuité de service garantie grâce à deux stations en fonctionnement “en miroir”. Scutum Premium Services est certifié APSAD P5, soit le plus haut niveau de certification pour des stations de télésurveillance en France. Au niveau Européen la norme EN 50518 défini les standards sur lesquels les centres de télésurveillance doivent opérer.